Les réfugiés burundais bientôt refoulés de la Tanzanie?

Réfugiés

Des Burundais au camp de réfugiés en Tanzanie

Les burundais qui ont fui la crise de 2015 vers la Tanzanie sont obligés de se faire inscrire pour retourner dans leur pays. Dans cette perspective, une réunion entre le gouverneur de Kigoma et les réfugiés du camp de NDUTA s’est tenue dans l’après-midi de ce mercredi 25 juillet. Dans cette réunion, le gouverneur de Kigoma a accusé les organisations qui s’occupent du bien être des réfugiés d’être parmi ceux qui les encouragent à rester en exil.

Lors d’une réunion tenue ce mercredi 25 juillet, le gouverneur de la province Kigoma en Tanzanie, Emmanuel MAGANGA, a annoncé aux réfugiés burundais qu’ils doivent regagner leur pays natal. Pour lui, la paix règne au Burundi. Emmanuel MAGANGA s’est aussi attaqué aux organisations humanitaires œuvrant dans les camps des réfugiés burundais les accusant de vouloir garder les réfugiés burundais dans les camps. Il a expliqué que les burundais ne veulent pas quitter les camps des réfugiés à cause de l’assistance qu’ils bénéficient de la part de ces ONG. Les réfugiés disent avoir été choqués par ce discours. Discutant en de petits groupes, ces réfugiés se demandent le sort qui leur est réservé après la réunion qui a précédé une autre qui avait eu lieu mardi, entre les responsables des réfugiés.

« Ce mardi, il y a eu beaucoup de réunions, dans différents endroits et pour des groupes variés. Un groupe des administratifs des zones et des villages, un groupe des handicapés et un groupe des commerçants. Dans toutes ces réunions, le discours portait sur le retour au Burundi des réfugiés », révèle un des réfugiés.

Emmanuel MAGANGA leur a recommandé aux agents burundais assurant la sécurité des camps d’aller continuer ce travail dans leur pays natal. « Aux agents de sécurité dits SUNGUSUNGU on leur a dit ceci : « vous, vous êtes chargés de la sécurité de vos confrères. Il faut que vous soyez les premiers à vous faire enregistrer pour le retour à la maison. C’est incompréhensible que vous vous contentiez de la rémunération de 60 mille shillings. Rentrez chez vous, vous en aurez beaucoup plus. »

Plus grave encore, le gouverneur de Kigoma a interdit toute activité commerciale dans les camps des réfugiés. « Ils ont menacé les commerçants de leur retirer le droit d’exercer leurs activités. Ils ont également été informés qu’ils n’auront plus de permission pour aller chercher les marchandises en dehors du camp. Ceux qui veulent faire du commerce sont appelés à aller continuer cette activité au Burundi », témoigne un autre réfugié.

Jeudi, le gouverneur de Kigoma accompagné du représentant du ministère de l’intérieur tanzanien se sont rendus au camp de Mtendeli et prévoient aussi une autre descente dans le camp de Nyarugusu ce vendredi en vue de transmettre le même message.

Réfuriés Nyarugusu

Des Burundais au camp des réfugiés de Nyarugusu en Tanzanie

Rappelons que ce n’est pas la première fois que les autorités tanzaniennes montrent leur volonté de refouler au pays les réfugiés burundais. En 2017, le Président tanzanien a manifesté son ambition de renvoyer les réfugiés burundais dans leur pays. John Pombe MAGUFULI a déclaré que les réfugiés burundais constituent un danger pour la sécurité et l’économie de son pays.

 

Advertisements

Categories: Politics

Tagged as: , , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.