Championnats d’Afrique d’athlétisme: une première journée très allégée

Athetisme-photo

Marie-Josée Ta Lou à Londres en 2016

(Avec RFI)

La 21e édition des Championnats d’Afrique d’athlétisme (CAA) à Asaba, au Nigeria, devait démarrer ce mercredi 1er août. La compétition qui se déroule jusqu’au 5 août a pris du retard et seules deux épreuves étaient à l’affiche aujourd’hui.

En raison de l’arrivée tardive d’un nombre important d’athlètes sur le lieu des Championnats d’Afrique d’athlétisme, la première journée de compétition a été bousculée. Alors qu’elle devait débuter à 9h ce matin, elle n’a finalement commencé que dans l’après-midi.

Un début de compétition laborieux

« Certains vols depuis Lagos n’ont pas pu décoller et les athlètes sont restés là-bas. Les organisateurs ont fait de leur mieux pour les faire venir ce matin (mercredi 1er août). Ils sont arrivés. C’est une des raisons pour lesquelles nous avons changé le programme du jour. Oui, cela peut ternir l’image de l’organisateur, mais nous avons trouvé une solution pour satisfaire tout le monde », se défend le Mauricien Vivian Gungaram, vice-président de la Confédération africaine d’athlétisme, au micro de RFI.

Mais visiblement, ces retards et cette organisation chaotique ont déstabilisé plusieurs délégations. Comme celle de Djibouti. « On a demandé à connaître les épreuves reportées. Mais nous n’avant aucune information qui émanent directement du comité d’organisation. En plus les athlètes n’ont pas d’eau dans les hôtels, il n’y a pas de service médical. Pour aller au stade, nous avons attendu plusieurs heures car il n’y a pas assez de bus », témoigne Saïd Darar Hassan, coach de Djibouti.

L’Ethiopien Jemal Mekonnen remporte la première médaille d’or de l’édition

Du coup, seules les séries du 100 m et la finale du 10 000 m masculin ont été courues. L’Ivoirienne Marie-Josée Ta Lou, double vice-championne du monde, une des athlètes les plus prestigieuses de ces Championnats d’Afrique, semblait complètement démotivée à la veille de courir. Elle a montré son agacement quant à l’organisation de la compétition après s’être finalement qualifiée pour la demi-finale (11.25). Sa compatriote Nanzie Adeline Gouenon sera aussi au prochain tour. Toti Suzanne, autre Ivoirienne, ne s’est pas qualifiée.

Chez les hommes, les Ivoiriens Ben Youssef Meite (10.41) et Arthur Gueu Cissé (10.43) ont terminé à la première place de leur série et sont qualifiés pour la demi-finale. Tout comme le Sénégalais Moulaye Sonko.

C’est un coureur éthiopien, Jemal Mekonnen, qui a remporté l’or sur 10 000 m en 29:09.17. Il avait pris la quatrième place en 2016 en Afrique du Sud. Son compatriote Andamlak Belihu Berta est monté sur la deuxième marche du podium, qui est complété par l’Ougandais Timothy Toroitich, finaliste lors des Mondiaux de Pékin en 2015.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.